Aller au contenu principal
Conserver un lien social par la cohabitation intergénérationnelle

Conserver un lien social par la cohabitation intergénérationnelle

Dès la naissance, notre vie est jalonnée d’événements marquants. L’un d’entre eux est le départ à la retraite. Il constitue un grand tournant de la vie puisque le travailleur cesse toute activité. Ce passage est inévitable et chacun a sa façon de le vivre. Si pour certains, cette transition est facile à vivre, pour d’autres elle l’est moins. Avec l’avancée en âge, certains seniors se sentent de plus en plus seuls.

Pour échapper au sentiment d’isolement et conserver un lien social, des seniors choisissent la cohabitation intergénérationnelle. Ce système a rencontré un fort succès, en France comme dans d’autres pays. Mais comment fonctionne-t-il ? Quels sont ses avantages ?

Comprendre le principe de la cohabitation intergénérationnelle

Cela fait maintenant une quinzaine d’années que la cohabitation intergénérationnelle se développe en France. Ce n’est que vers 2018 que ce système a bénéficié d’un régime juridique, et ce dans le cadre de la Loi d’Adaptation de la société au vieillissement. Sur le même principe que la colocation, la cohabitation intergénérationnelle s’appuie sur un échange entre un senior et un jeune. Face à la crise du logement qui frappe les étudiants d’un côté et la problématique de l’isolement chez les seniors d’un autre, ce système est une solution à ces deux problèmes.

La cohabitation intergénérationnelle repose sur la démarche volontaire des seniors.

Ces derniers doivent ainsi accepter d’ouvrir leur logement à un étranger. De nombreuses raisons peuvent les inciter à opter pour ce nouveau type de cohabitation : une maison devenue trop grande, le besoin de partager des moments avec quelqu’un, l’envie d’aider. Puisque ce dispositif est fondé selon le principe du don et du contre-don, le jeune actif doit ainsi offrir un temps de présence à la personne âgée qui l’héberge et lui apporter un peu d’aide dans les activités de la vie quotidienne. Il peut être amené à effectuer des courses, fermer les volets, sortir les poubelles...

Les règles appliquées en cohabitation intergénérationnelle ?

Les personnes âgées de 60 ans et plus, qu’ils soient propriétaires ou locataires, peuvent adopter la cohabitation intergénérationnelle. Le senior partage son logement avec l’étudiant, mais chacun conserve un espace privatif.

Seules les pièces communes sont à partager : le salon, la cuisine, la salle à manger, les toilettes ou encore la salle de bains. Ils peuvent y accéder, sortir et rentrer à leur guise. Avant de se lancer, il y a des points à prendre en compte tels que la taille de la chambre qui doit être de 9 m² minimum, l’accès libre aux espaces communs et le coût de la contribution financière mensuelle payée par l’étudiant. Ce montant varie selon la formule choisie. Elle peut prendre trois formes :

  • La personne âgée offre une partie de son logement à un étudiant, qui en échange rend des services au bailleur et participe financièrement aux charges.
  • La mise à disposition d’une partie de sa maison par un senior à un étudiant en contrepartie de services rendus.
  • La sous-location d’une partie du logement en contrepartie d’un loyer.

Quelle que soit la formule choisie, elle repose toujours sur le principe d’un échange équilibré entre un étudiant et une personne âgée, qui ont chacun un besoin et quelque chose à offrir. Les services rendus par l’étudiant doivent être définis au préalable et ne doivent pas s’apparenter à des tâches proposées par des professionnels de l’aide à domicile. Autrement dit, l’étudiant n’est pas un garde-malade même s’il choisit en contrepartie un temps de présence plus élevé. Si l’un des deux acteurs souhaite mettre fin au contrat, il se doit de respecter les obligations que la loi impose. L’une d’entre elles est le respect du délai de préavis d’un mois.

Comment trouver un cohabitant ?

Lorsqu’un senior décide de se lancer dans la cohabitation intergénérationnelle, il lui faudra trouver un cohabitant qui correspond à son mode de vie. Il peut mettre directement une annonce en ligne ou bien passer par un intermédiaire. Cette seconde option s’avère plus rassurante pour de nombreuses personnes. Une association spécialisée se charge de la sélection et de la présentation des candidats. Elle facilite la mise en relation, apporte son aide de la rédaction du contrat à la signature de celui-ci et accompagne le senior tout au long de la cohabitation.

Un contrat de cohabitation doit mentionner la durée, le montant du loyer et les services à rendre. L’association intervient également en cas de problème. A noter que les deux parties doivent prévoir et verser une cotisation annuelle d’environ 250€ lors de la signature du contrat. Il est conseillé de commencer à faire des annonces dès le mois de mars ou avril. Le dépôt de candidature pour les jeunes débute en avril et prend fin septembre. Dix demandes seulement sont considérées pour une offre de logement vacant.  

Cohabitation intergénérationnelle : les bénéfices que chacun peut en tirer

La cohabitation intergénérationnelle, basée sur une relation de confiance et de respect, est bénéfique pour les deux parties. Du côté des étudiants, cela leur permet de se loger à prix abordable et de pouvoir suivre leurs études dans de bonnes conditions. Pour les seniors, ce dispositif les aide à rompre l’isolement, qui accroit le sentiment de solitude, l’anxiété, voire la dépression. Il s’agit également d’un projet de société ayant pour objectif de favoriser le vivre-ensemble. C’est une occasion pour les anciens de côtoyer des jeunes, de transmettre leur savoir-faire mais aussi d’avoir quelqu’un à qui raconter leurs souvenirs de vie, à qui parler et à qui se confier.

Les étudiants apprécient quant à eux le temps partagé avec ces seniors. Ils apprennent de nouvelles choses et surtout ils ont quelqu’un à qui confier et qui peuvent les aider à résoudre leurs problèmes.

Les deux parties vont vivre une expérience humaine à la fois agréable et enrichissante, mais aussi pleine de partage et de compréhension. Certaines personnes construisent même une relation amicale. D’après une étude effectuée par le fondateur du cabinet InterGénérationel et de l’Observatoire du management intergénérationnel, une relation entre deux générations éloignées est plus fluide et présente moins de tensions qu’avec les ascendants directs.

Mais pour que la cohabitation se déroule au mieux, il faut que l’étudiant et le senior soient compréhensifs, accordent de l’indépendance à l’autre et surtout aiment le sens du partage. Il faudra également savoir s’adapter au rythme de vie de l’autre en faisant preuve d’ouverture d’esprit.

À lire aussi : Comment trouver une maison de retraite adaptée aux besoins des seniors ?

Cet article vous a-t-il été utile ?
Vu à la TV
Vu à la TV
et dans la presse
NF Service
Entreprise française
certifiée NF Service
Silver Culture
Créateur du fonds de
dotation Silver Culture
Recommandation
Recommandé par 16 000
professionnels de santé
Expérience
+ de 15 ans d'expérience
à votre service
Retour en haut
Être rappelé Vos avis