L’hospitalisation à domicile, ce qu’il faut savoir

L’hospitalisation à domicile, ce qu’il faut savoir

Parfois, il est possible de rester à domicile et de recevoir des soins hospitaliers. On le sait, aujourd’hui de nombreuses personnes dépendantes ou en perte d’autonomie continuent de vivre chez elles malgré tout. En cas de problèmes de santé importants, l’hospitalisation à domicile (HAD) peut être l’alternative à l’hospitalisation en établissement. Le but est de garantir la continuité des soins (7j/7 et 24h/24) et d’hospitaliser rapidement une personne dans son environnement si son état de santé le nécessite.

Les soins les plus courants délivrés à domicile au bénéfice des seniors sont les soins de rééducation, post-chirurgicaux, consécutifs aux chimiothérapies, les soins palliatifs ou relatifs à la douleur. En général, ils sont prodigués par une équipe spécialisée. C’est le médecin traitant ou bien le médecin hospitalier qui prescrivent l’HAD afin de synchroniser les professionnels médico-sociaux au domicile du patient (médecins, infirmiers, aides-soignants, kinésithérapeutes, assistants sociaux...). Cependant, depuis le 1 er avril 2020, il suffit que l’urgence soit justifiée pour déclencher l’hospitalisation à domicile. À partir de là, l’équipe prévoit, vérifie et assure la prise en charge de la personne âgée et fait le lien sur son état de santé dans la durée. En fonction des pathologies, du matériel peut être installé pour faciliter la mise en œuvre du protocole de soins.

 

Les avantages de l’HAD

Le principal avantage est de pouvoir continuer à vivre dans son logement. Le senior reste dans un environnement familier. Pour les patients âgés, l’hospitalisation à domicile permet :
• de répondre à la demande croissante de la population d’être soignée chez elle
• d’éviter les déplacements extérieurs (hôpitaux, laboratoires, pharmacies, etc.)
• de réduire la durée des séjours en établissements hospitaliers ou même de les éviter
• de mettre en place un projet de soins individualisé et interdisciplinaire adapté.

D’autre part, l’HAD est prise en charge au même titre qu’une hospitalisation classique sauf qu’il n’y a pas de forfait hospitalier à régler. La prise en charge de la Sécurité sociale est de 80% et de 100% dans le cas de traitements de longue durée. Souvent les mutuelles complètent le reste à charge.

Au domicile, en cas d’hospitalisation, des services d’aide à la personne peuvent être demandé (portage de repas, aide-ménagère, aide à la mobilité, téléassistance...). Ces services sont généralement financés par l’Allocation Personnalisée d’Autonomie(APA) et l’Aide au Retour à Domicile après Hospitalisation (ARDH).

Les cas spécifiques
La personne âgée en EHPAD peut également bénéficier de l’HAD avec les mêmes obligations qu’au domicile si ce n’est le paiement du forfait hébergement inhérent à l’hébergement en EHPAD. De surcroît, l’HAD concerne aussi les personnes malades quel que soit leur âge. Dans tous les cas, la personne concernée doit être d’accord pour la mise en œuvre de ce processus. Pour autant, l’hospitalisation à domicile n’est pas forcément envisageable, notamment quand :
• la personne n’a pas de proche aidant et se trouve isolée,
• la personne n’est pas apte physiquement ou psychiquement à donner l’alerte en cas de problème et de danger majeur à son domicile.

En fin de compte, le vieillissement de la population entraîne une augmentation des besoins en soins chez les personnes âgées. L’accompagnement et l’hospitalisation à domicile des seniors constituent des solutions permettant d’éviter un séjour, parfois long et plus traumatisant, dans un établissement hospitalier.