Aller au contenu principal
.

"Mon Logement, Ma Vie" (Saison 4) - Louise - Christiane, 73 ans

Journaliste : Bonjour Louise-Christiane. Merci de répondre gentiment à mes questions. Comment s’est déroulé pour vous cette première moitié de l’année ? Ces six premiers mois ?

Louise-Christiane : Non, je ne me sens pas concernée. Excusez-moi, mais je me sens bien.

Journaliste : Depuis le 9 juin, le déconfinement s’est de nouveau accéléré avec la réouverture des restaurants en intérieur, des cafés, des salles de sport, des piscines. Le couvre-feu est désormais supprimé. Vous en pensez quoi ?

Louise-Christiane : ça ne me dérange pas mais bon c’est sûr que pour les jeunes, c’est peut-être mieux, parce que depuis quelque temps, ils sont quand même assez confinés. Ils ne peuvent rien faire.

Journaliste : Et qu’est-ce-que vous pensez de ce retour à une vie un peu plus normale ?

Louise-Christiane : Moi, je dis qu’il faut attendre septembre, parce qu’en septembre, on aura une grosse surprise.

Journaliste : C’est-à-dire ?

Louise-Christiane : C’est-à-dire que là, on nous lâche, on fait ce qu’on veut, mais en septembre, de toute façon, le Covid sera toujours là. En septembre, on aura une surprise, on verra bien.

Journaliste : Vous pensez qu’il va y avoir un retour de bâton ?

Louise-Christiane : Pour moi, oui.

Journaliste : La fin du masque dans la rue, vous en pensez quoi également ?

Louise-Christiane : C’est bien, parce qu’il commence à faire chaud. Supporter le masque, ce n’est pas facile. Moi, j’oublie toujours de le mettre chaque fois que je rentre dans un magasin, on me fait la réflexion. Je l’ai au poignet et c’est vrai que je le mets, c’est normal mais moi, je ne le supporte pas trop. Pas par la respiration, mais maintenant il fait chaud, c’est plus difficile à supporter.

Journaliste : Comment est-ce que vous avez vécu ce troisième confinement par rapport aux deux précédents ?

Louise-Christiane : Normal. Je veux dire que je sortais pour faire mes courses, je bougeais. Je suis partie voir de la famille ou des amis. Je vous le dis, je ne me sens pas trop concernée. C’est malheureux, mais c’est comme ça.

Journaliste : Vous avez 73 ans. Vous êtes considérée comme une personne à risque par les autorités sanitaires. Est-ce que cela vous inquiète ou pas plus que ça ?

Louise-Christiane : Non. Je respecte tout ce qu’il faut, mais pour le moment, je ne me sens pas trop concernée. Je suis contre le vaccin.

Journaliste : Cela veut dire que vous ne vous êtes pas fait vacciner ?

Louise-Christiane : Non.

Journaliste : Pour quelles raisons ?

Louise-Christiane : Parce que je suis contre les vaccins. Je ne me suis jamais fait vacciner, ni pour la grippe, ni pour rien du tout. Je ne prends que des compléments alimentaires.

Journaliste : Vous craignez quelque chose en vous faisant vacciner ?

Louise-Christiane : Non. Je ne me sens pas trop concernée mais peut-être que j’ai tort, mais bon, c’est comme ça.

Journaliste : Sinon, dans votre famille, tout le monde va bien ? Personne n’a été malade ?

Louise-Christiane : Non, ça va.

Journaliste : Justement, comment continuez-vous d’échanger avec vos proches ? Est-ce que vous continuez à respecter les gestes barrières : la distanciation sociale.

Louise-Christiane : Je fais attention, mais je vois mes amis. On a le masque.

Journaliste : Du coup, aujourd’hui, comment est-ce que vous organisez vos journées ? A quoi ressemble une journée type pour vous ?

Louise-Christiane : Je bouge pas mal, je vais voir des amis. Par exemple, je vais au resto assise sur la terrasse, et qu’on est assez séparés ou quoi. Je ne vais pas tout le temps au resto mais, si j’ai des amis à voir, on se retrouve quatre, pas plus. On va manger ensemble et on fait attention.

Journaliste : Depuis que le coronavirus est en France, est-ce que finalement cela a changé vos habitudes ? Est-ce qu’il y a des choses que vous faisiez avant, mais que vous ne faites plus ou moins ?

Louise-Christiane : Non. Ce que je ne fais pas, c’est ce que je ne peux pas faire. Sinon, ça ne me bloque pas mais,ce qu’on ne peut pas faire, tant que je ne peux pas faire parce que c’étaient les heures, c’était ceci ou cela, je ne le faisais pas. Franchement, les gens sont un peu surpris de voir ma réaction, mais ça ne m’a pas dérangée.

Journaliste : Mais non, c’est bien. C’est rafraîchissant aussi d’entendre cela. Vos hobbies, vos passions ? Vous en avez ?

Louise-Christiane : Ma passion est le voyage, c’est cela qui m’a bloquée.

Journaliste : En espérant que tout cela finisse par aller mieux véritablement – que les confinements soient définitivement derrière nous, quelles sont les premières choses que vous referez à nouveau ?

Louise-Christiane : Les voyages, s’il y a des vaccinations obligatoires. Parce que j’ai trois voyages que je n’ai pas faits, parce qu’on me dit qu’il faut les vaccinations. Pour le moment, j’attends, je vais voir mais peut-être qu’il va falloir se vacciner. J’ai ma fille qui vit en Afrique si je dois partir avec elle quelque part, je serai obligée peut-être de me faire vacciner mais pour le moment, j’attends.

Journaliste : Vos projets de voyage justement, c’est quoi ?

Louise-Christiane : C’étaient le Costa-Rica, le Canada et Papeete.

Journaliste : C’est sympa tout ça.

Louise-Christiane : Oui, c’est pour voir des amis.

Journaliste : Voir les amis, mais aussi pour se dépayser.

Louise-Christiane : Oui, oui parce que j’ai beaucoup voyagé. J’espère voyager encore tant que je le peux.

Journaliste : Sinon Louise-Christiane, vous avez des craintes pour l’avenir ? Le vôtre ou celui de vos proches en raison de la pandémie et de ses répercussions, et je pense d’un point de vue économique notamment.

Louise-Christiane : C’est surtout pour les jeunes que je me dis : « ils vont avoir une drôle de vie » sinon pour moi, ça va. Je suis plus vers la sortie.

Journaliste : Ah, mais 73 ans, vous avez encore un peu le temps.

Louise-Christiane : Oui, j’espère. Tant que je vais bien, j’espère.

Journaliste : Justement Louise-Christiane, vous me dites ça, mais quand je vous écoute, j’entends quelqu’un qui est en bonne santé. Vous êtes indépendante chez vous dans votre logement. Pourquoi c’est important cette indépendance chez soi ?

Louise-Christiane : Mais, parce que j’ai toujours été comme ça. Je suis très indépendante. Je suis bien seule tout en faisant beaucoup de choses. J’aime bien être seule.

Journaliste : Chez vous, c’est quoi ?  Vous êtes dans une maison ou un appartement ?

Louise-Christiane : Un appartement en rez-de-chaussée avec terrasse.

Journaliste : Donc, vous me disiez que c’est important d’être indépendant chez soi, et indépendant chez soi plutôt que dans une maison de retraite par exemple ?

Louise-Christiane : Je n’espère pas y aller. Pour le moment, seule, je suis très bien. Je bouge, je fais beaucoup de choses. C’est vrai, parce que si on commence à rester enfermé chez soi, c’est comme ça qu’on se dégrade.

Journaliste : Dans votre appartement, dans quelle pièce vous vous retrouvez le plus souvent ?

Louise-Christiane : Quand je suis chez moi, dans le salon.

Journaliste : Pourquoi ? C’est la pièce à vivre ?

Louise-Christiane : Oui, la pièce à vivre. Puis, je suis souvent au téléphone.

Journaliste : A répondre à des questions de temps en temps (Rire). Louise-Christiane, vous avez une idée de ce que vous allez faire cet été ?

Louise-Christiane : Cet été, j’ai ma fille qui arrive, des amis qui arrivent aussi de l’étranger. Je ne sais pas. Franchement, moi, on peut me dire « on va faire ça demain » ,  hop, je fais ma valise et je pars. Je suis comme ça.

Journaliste : Vous vivez au jour le jour ?

Louise-Christiane : Oui. On va dire ça.

Journaliste : Mais, c’est sympa. Puis, on n’a de compte à rendre à personne.

Louise-Christiane : Voilà. C’est cela qui m’intéresse. Je fais ce que je veux. Je n’ai de compte à rendre à personne.

Journaliste : Qu’est-ce que je peux vous souhaitez pour la suite ?

Louise-Christiane : Une bonne santé.

Eh bien, c’est évidemment tout le mal qu’on souhaite à Louise-Christiane que je remercie bien sûr pour son témoignage. Merci également à vous, auditeurs de « Mon logement, ma vie ». Un programme à écouter sur le site Internet Independanceroyale.com. Vous pouvez également vous abonner à ce rendez-vous depuis toutes les plateformes de podcasts. A très vite pour un prochain épisode !

Cet article vous a-t-il été utile ?
Vu à la TV
Vu à la TV
et dans la presse
NF Service
Entreprise française
certifiée NF Service
Silver Culture
Créateur du fonds de
dotation Silver Culture
Recommandation
Recommandé par 17 000
professionnels de santé
reassurance-experience
Près de 20 ans d'expérience
à votre service
Retour en haut
Être rappelé Vos avis