Aller au contenu principal
"Mon Logement, Ma Vie" - Jocelyne, 73 ans

"Mon Logement, Ma Vie" - Jocelyne, 73 ans

Bienvenue dans ce nouvel de « Mon logement, ma vie », le podcast qui va à votre rencontre pour prendre de vos nouvelles. Bonjour à tous et ravi de vous retrouver. Ce programme est à écouter sur independanceroyale.com. Disponible également sur l’ensemble des plateformes de diffusions de podcast. Pour ce 13e épisode, nous nous rendons à Auvergne-Rhône-Alpes du côté de Villeurbane, à 10 km de Lyon pour y retrouver Jocelyne, 73 ans, maman de 2 enfants, grand-mère de 4 petits-enfants et arrière-grand-mère également à deux reprises.

Journaliste : Bonjour Jocelyne et merci de répondre à mes questions. Alors la première d’entre elles : comment s’est déroulé finalement ce premier trimestre pour vous ?

Jocelyne : Pas trop mal. Je n’ai pas eu de problème de santé déjà. Je n’ai pas eu de problème de confinement. Je ne peux pas dire que ça m’affecte tellement parce que je ne travaille pas déjà et je n’ai pas d’enfants autour de moi, qui ont un problème de confinement. Puis j’ai une chienne. Donc je vais la promener. Il n’y a que le cinéma qui m’a impacté parce que j’allais beaucoup au cinéma.

Journaliste : Est-ce que Jocelyne vous faites partie, à Villeurbanne, des 16 départements concernés par le retour du confinement ?

Jocelyne : Non.

Journaliste : Qu’est-ce que vous en pensez de ces dernières annonces là ?

Jocelyne : Bah je ne sais pas. Ils ne savent pas bien où ils en sont. Parce que franchement on confine, on déconfine, on confine autrement.

Journaliste : Alors par contre il y a une mesure pour laquelle vous êtes concernée. Le couvre-feu est décalé jusqu’à 19h. Vous en pensez quoi ?

Jocelyne : Ca me fera un peu plus de temps. Mais en réfléchissant, avec ce changement d’heure ça fait pareil.

Journaliste : Mais en même temps, c’est vrai que les journées rallongent aussi.

Jocelyne : Oui, voilà. Donc, on aura une heure de plus dehors.

Journaliste : Comment est-ce que vous vous organisez vos journées ? A quoi ça ressemble une journée type pour vous Jocelyne ?

Jocelyne : Pour moi dans ma journée, je m’occupe de moi. Je fais la cuisine. Je vais promener ma chienne trois fois par jour même maintenant parce que comme elle est vieille. Elle est comme moi. Elle a besoin de sortir une troisième fois. Je regarde la télé. Je lis beaucoup.

Journaliste : Vous lisez quoi ?

Jocelyne : Du roman, des saga, des trucs comme ça.

Journaliste : Et qu’est-ce que vous regardez à la télévision ?

Jocelyne : Je regarde là-bas souvent les séries policières. Voilà, j’aime ça.

Journaliste : Jocelyne, de manière générale, comment ça s’est déroulé pour vous l’année 2020 avec les deux confinements ?

Jocelyne : Pas trop mal parce que finalement je ne suis pas tellement privée de voir mes enfants. J’ai mon fils qui est sur Monterrein. Donc, je ne le voyais déjà pas très souvent. J’allais le voir 2 ou 3 fois par an et puis donc là je reculais. J’ai fait passer l’hiver comme ça j’y suis allée au printemps. Et puis j’ai une fille qui quelques fois passait me voir. Et puis je voyais mon petit-fils aussi en même temps. Donc si vous voulez, je n’ai pas trop subi le confinement. Je n’étais pas isolée. Je ne suis pas de tempérament à aller côtoyer beaucoup de monde. Je suis casanière, donc ça ne m’a pas trop gênée de rester toute seule.

Journaliste : Vous avez 73 ans, vous m’avez dit. Vous êtes considérée comme une personne à risque par les Autorités Sanitaires. Est-ce que ça vous inquiète ?

Jocelyne : Pas tant plus que ça.

Journaliste : Alors vous faites partie des personnes qui sont prioritaires pour se faire vacciner. Est-ce que vous êtes déjà fait vacciner là ?

Jocelyne : Non, parce que je rentre dans la case des plus de 65 et des moins de 75.

Journaliste : Pile dans la case qu’il ne faut pas. Et du coup, vous l’attendez avec impatience ce vaccin ?

Jocelyne : Oui, je le ferai parce que les grandes épidémies ont été éradiquées comme ça, que ce soit la peste, la rage, le choléra. Tout a été arrêté par la vaccination. Même si le coronavirus est une maladie moderne. Bah parfois, il faut se faire vacciner. Puis c’est tout.

Journaliste : Et vous n’avez pas peur éventuellement aux effets secondaires ?

Jocelyne : Bah, je ne ferai pas l’AstraZeneca parce que j’ai quand même des problèmes de circulation. Je fais des embolies. Donc, je ferai le Pfizer.

Journaliste : Du coup, vous continuez malgré tout là aussi à échanger avec vos proches. Vous continuez à respecter les gestes barrières, la distanciation sociale ?

Jocelyne : Tout à fait.

Journaliste : Vous vous déplacez pour quelle raison maintenant alors ?

Jocelyne : Pour promener ma chienne mais je vais faire des courses deux fois par mois. Dès fois, je n’y vais qu’une fois, parfois 2 fois. Je vais dans une grande surface. Je fais mes courses et puis je ne traine pas. Je ne fais pas le tour du magasin. Je prends ce que j’ai besoin, puis je m’en vais. J’y vais toujours à une période où il y a beaucoup moins de monde. Comme ça je n’ai pas la foule.

Journaliste : Jocelyne, depuis que le coronavirus est en France, est-ce que ça a changé vos habitudes ? Est-ce qu’il y a des choses que vous faisiez avant que vous ne faites plus ou moins ?

Jocelyne : Oui, à la limite je me lave beaucoup plus souvent les mains. Puis franchement, ça ne me déplait pas parce que je suis quand même tempérament à laisser les autres.

Journaliste : Parmi vos hobbies, vos passions, est-ce qu’il y a des choses que vous faisiez avant que vous ne faites plus maintenant ? Vous m’avez parlé je crois du cinéma, non ?

Jocelyne : Oui, voilà le cinéma. Le cinéma me manque un peu parce que c’est vrai que j’allais beaucoup au cinéma. Je ne vais pas au théâtre non plus, parce que c’est fermé. Je ne vais plus au restaurant. J’y allais bien de temps en temps. J’aimais bien.

Journaliste : Ah oui ?

Jocelyne : Ce n’est pas primordial. Donc, je m’en passe.

Journaliste : Jocelyne, vous avez des craintes pour l’avenir, le vôtre évidemment ou celui de vos proches en raison de la pandémie et de ses répercussions et je pense surtout d’un point de vue économique.

Jocelyne : J’ai des enfants qui n’ont pas été trop impactés. Mes deux enfants, mon fils et ma fille travaillent dans des entreprises primordiales, à l’hôpital. Donc, ils ont travaillé. Ma belle-fille était institutrice. Donc, elle a quand même été payée correctement. Elle a travaillé quand même parce qu’elle gardait les enfants des infirmières et des docteurs. Moi, je ne travaille plus. Donc, ça ne pose pas de problème. Mon petit-fils travaille et les trois autres sont encore en école et au lycée. Celui qui travaille, c’est pareil, il a été payé. Ça n’a pas été trop dur.

Journaliste : Jocelyne, en rappel, vous n’avez que 73 ans. Vous me paraissez en bonne santé en tout cas quand je vous écoute. Vous êtes indépendante chez vous dans votre logement. Pourquoi c’est important cette indépendance chez soi ?

Jocelyne : On est mieux à l’aise. Je suis plus à l’aise. On fait ses habitudes. On n’a pas de voisins qui nous gênent. Quand on vit avec les autres, il faut faire aussi attention aux autres.

Journaliste : Vous ne vous voyez pas tout de suite en maison de retraite ?

Jocelyne : Non. Je vais vous dire, j’étais comptable dans une maison de retraite. Alors je sais ce que c’est. Alors, j’étais dans une maison de retraite bourgeoise. Mais c’est vrai que c’est cher déjà. Alors il faut déjà qu’on arrive à la payer. Et puis deuxièmement, il y a quand même des gens qui sont pénibles dans les maisons de retraites. Donc, on côtoie des gens qui ne sont pas agréables. Ils sont  là parce que leurs enfants veulent les mettre là parce qu’ils ne peuvent pas s’en occuper. La maison de retraite, si je peux l’éviter, j’éviterai. Si je peux rester chez moi, je resterai chez moi.

Journaliste : Et dans votre petit chez vous du coup, dans quelle pièce vous vous retrouvez le plus souvent ?

Jocelyne : Je n’ai pas beaucoup de pièces. Je n’ai que deux pièces et une salle de bain. Donc, j’ai une cuisine, une chambre et une salle à manger. Je me retrouve le plus souvent à la salle à manger parce que c’est là qu’il y a la télé. Et puis, je vais quand même bien dans la cuisine puisque je fais à manger, je mange là-bas. Voilà.

Journaliste : Jocelyne, imaginons et on espère que ça va arriver vite que tout redevienne comme avant ou en tout cas à la normale. Ça sera quoi la première chose que vous ferez ?

Jocelyne : La première chose que je ferai, j’irai voir mes enfants. Je vais manger chez eux.

Journaliste : Allez juste les voir et puis après vous allez au resto avec eux.

Jocelyne : Voilà, par exemple. C’est vrai que j’irai les voir tout de suite.

Journaliste : La grand-mère que vous êtes de ne pas pouvoir embrasser vos petits-enfants ou les serrer fort dans les bras, ça ne vous manque pas trop ça ?

Jocelyne : Si, ça me manque quand même quelque chose d’affectif.

Journaliste : Et puis c’est naturel surtout !

Jocelyne : Naturel, voilà.

Journaliste : Ce sera ma dernière question Jocelyne : qu’est-ce qu’on peut vous souhaiter pour la suite de cette année 2021 ?

Jocelyne : Garder ma santé et puis que le coronavirus cesse.

Journaliste : On croise les doigts.

Jocelyne : Ah oui.

Journaliste : Merci à Jocelyne et merci à chacun d’entre vous également qui nous suivait depuis la première saison. Si vous souhaitez réagir à cet épisode ou même tout simplement témoigner prochainement comme vient de le faire Jocelyne, rendez-vous sur le site internet et les réseaux sociaux d’Indépendance Royale. Merci de votre fidélité à ce programme et à très vite.

Retrouvez le podcast "Mon Logement, Ma Vie" par Indépendance Royale sur toutes les plateformes de podcasts :

Spotify : https://open.spotify.com/show/5B53Kt9KVbRocxyB87UJlH

Deezer : https://www.deezer.com/fr/show/1157212

Podcast Addict : https://podcast.ausha.co/mon-logement-ma-vie/

Apple podcasts : https://podcasts.apple.com/fr/podcast/mon-logement-ma-vie/id1510535949

Tune in : https://tunein.com/podcasts/Health--Wellness-Podcasts/Mon-logement-ma-vie-p1320021/

Témoignages recueillis par Jean-Baptiste Vennin

Cet article vous a-t-il été utile ?
Vu à la TV
Vu à la TV
et dans la presse
NF Service
Entreprise française
certifiée NF Service
Silver Culture
Créateur du fonds de
dotation Silver Culture
Recommandation
Recommandé par 17 000
professionnels de santé
reassurance-experience
Près de 20 ans d'expérience
à votre service
Retour en haut
Être rappelé Vos avis