Aller au contenu principal
"Mon Logement, Ma Vie" - Jean, 65 ans: les retrouvailles

"Mon Logement, Ma Vie" - Jean, 65 ans : les retrouvailles

Bienvenue dans la 3e saison de « Mon logement, ma vie ». Comme lors des deux précédentes, nous continuons d’aller à votre rencontre pour prendre de vos nouvelles. « Mon logement ma Vie », c’est le podcast qui vous donne la parole. Un programme à écouter sur independanceroyale.com, disponible également sur l’ensemble des plateformes de diffusion de podcast. Dans ce 7ème épisode, nous avons décidé de prendre des nouvelles de Jean, avec lequel j’avais déjà pris plaisir à échanger lors de la saison 2 au mois de Septembre dernier. Jean a 65 ans. Il habite avec son épouse au Mont-de-la-Sarthe, père de 2 enfants et grand-père d’un petit garçon de 9 ans.

Journaliste : Bonjour Jean et merci de répondre à nouveau à mes questions. La première d’entre elles : comment ça va depuis la dernière fois, depuis le mois de Septembre ?

Jean : Nous, ça va très bien. Je fais très attention. Voilà, j’ai mon masque, j’ai tout ce qu’il faut. Donc, j’évite de voir du monde.

Journaliste : Comment se sont déroulées pour vous et vos proches la fin d’année et les fêtes de fin d’année 2020 ?

Jean : Ce n’est pas comme d’habitude naturellement, mais je n’ai qu’une fille et j’ai un fils en Allemagne. Donc, il n’y a pas de soucis, il ne pouvait pas venir. Puis ma fille, à part Noël qu’on a fêté ensemble. Puis c’est tout, le 31 décembre on est restés tranquille. Ça s’est très bien passé. Ça change un peu, c’est sûr. Comme d’habitude, on fêtait ça un peu plus.

Journaliste : Jean, d’un point de vue psychologique, comment est-ce que vous l’avez vécu cette année 2020 ?

Jean : Pas très bien naturellement. On est un petit peu perdu. C’est vrai qu’on se demande de quoi, moi qui joue aux boules. On ne peut rien faire du tout ! Donc, on essaie de sortir un petit peu et de marcher parce qu’on serait toujours à la maison. Voilà, on sort un petit peu à marcher. Je ne suis pas quelqu’un qui fait du sport. Je joue aux boules mais je sors plus souvent. Je vais marcher dans les bois à côté et puis voilà. Mais c’est vrai que pour nous, c'est dur. Je ne vais pas vous dire que ce n’est pas dur.

Journaliste : Et dans la famille, tout le monde se porte bien, tout le monde va bien ?

Jean : Tout le monde fait attention aussi, bien sûr. Les plus jeunes, ils sont un peu plus embêtés que nous, mais voilà ils prennent leurs marques aussi. Au niveau du travail, j’ai ma fille qui doit travailler à l’extérieur, mon gendre travaille chez lui, ça ne pose pas de problèmes puisqu’on n’est pas loin et c’est nous qui nous occupons un petit peu de notre petit-garçon qui a 9 ans. On va le chercher quand ils sont en télétravail, vous savez ce que c’est. Vous ne pouvez pas avoir l’enfant à la maison puis quelqu’un qui fait de l’ordinateur, ou du téléphone. Donc souvent, il est avec nous. Ça ne nous change pas mais c’est vrai que c’est bizarre quand même.

Journaliste : Jean, malheureusement on n’en a toujours pas terminé avec la Covid. Au moment où on enregistre cet épisode, on est toujours tous concerné par le couvre-feu à 18h. Pour l’instant, pas de nouveau reconfinement annoncé. Vous en pensez quoi ? Est-ce que vous avez des craintes pour cette année 2021 ? Est-ce que vous craigniez finalement ce 3e confinement et une 3e vague ?

Jean : Avec tout ce qu’on écoute, tout ce qu’on nous dit, c’est tellement bizarre. Il y a les médecins qui se contredisent. Moi je pense que si vous voulez, on est reparti un petit peu. Mais je suis persuadé, je suis un peu comme tout le monde. Je suis persuadé qu’ils vont être obligés de faire quelque chose de plus dure. De plus dure, ça veut dire de travailler parce qu’en fin de compte, là maintenant il faut qu’on rentre à 18h. On ne peut pas faire du sport nulle part. Moi qui joue aux boules, donc on a intérêt, on n’a pas le droit. Si vous voulez ce n’est pas un confinement, mais c’est presque ça en fin de compte. Ce qu’ils demandent aux gens, c’est d’aller travailler, que les enfants aillent à l’école. Point terminé, vous voyez c’est terminé. A part cela, on ne peut plus rien faire. Et moi qui regarde beaucoup les actualités qui lit tous les journaux. Je voyais encore ce matin en Ehpad, je ne sais plus combien qui avaient le Covid. Apparemment, il y a des endroits c’est même pire qu’avant. Pour moi, je suis persuadé que pas tout de suite mais au mois de Février, on va laisser les vacances naturellement des enfants. Donc le 15 mars vous allez voir un petit peu comme l’année dernière. A mon avis, mi-mars on va nous donner des trucs à marquer pour sortir, pour aller à moins d’un kilomètre. Je suis persuadé, je suis un peu sûr que ça va continuer. On va attendre. On va bien voir puisqu’on ne peut pas se faire vacciner si on n’arrive pas à avoir de rendez-vous. Peut-être on va avoir plus de vaccins. Donc éventuellement, ça sera peut-être mieux, je ne sais pas. Mais pour l’instant, je suis persuadé, vous allez voir qu’il y aura un autre confinement. Ça, je suis persuadé.

Journaliste : Alors Jean, vous avez moins de 75 ans. Vous ne faites donc pas partie des premières personnes prioritaires pour se faire vacciner. Est-ce que vous l’attendez avec impatience ce vaccin ?

Jean : Non, je vais attendre mon tour. Là-dessus, je n’ai aucun problème. Le jour où on va me dire « vous allez pouvoir y aller », alors on ira. Mais bon, ça ne m’inquiète pas. C’est pour quelqu’un qui veut passer avant les autres. Non, non. J’irai quand on va me dire.

Journaliste : Jean, vous me parlez tout à l’heure de votre petit-fils que vous gardez régulièrement. Justement avec vos proches, votre entourage, est-ce que vous continuez à vous voir, à respecter les gestes barrières, la distanciation sociale ?

Jean : À nous voir, oui la famille. Mais bon, on fait attention quand même. A midi, j’avais du monde à la maison. J’ai ma sœur qui a plus de 75 ans. Donc, elle avait son masque. On a mangé, on n’était pas non plus 15. Mais on fait attention. Je n’irai pas voir mon petit-fils après 6h. Ma femme va chercher mon petit-fils à l’école. Elle le ramène vers 5h30. Puis après on rentre. On ne se voit plus le soir.  On n’ira pas prendre l’apéritif le soir mais plutôt le midi. Ils vont venir boire le chocolat vers 16h, parce que je rentre de faire un tour dans les bois ou une chose comme ça. Donc, ils ne vont pas rester à la maison. Mais sinon, c’est tout.

Journaliste : Vous me parliez au mois de septembre quand on a eu l’occasion d’échanger ensembles d’une de vos passions qui était la pétanque. C’est vrai que l’année 2020 a été compliquée pour pouvoir pratiquer. Même en plein air, vous ne jouez pas ?

Jean : En plein air, on peut jouer. Mais vous savez, c’est l’hiver. Je suis allé jouer une ou deux fois mais à chaque fois il y a de l’eau et tout et ce n’est pas tellement… en ce moment ce n’est pas terrible. C’est vrai qu’en ce moment je ne fais pas beaucoup de concours, mais je fais quand même des concours de temps en temps avec des gars. C’est fini naturellement, mais par contre on peut toujours s’entraîner.

Journaliste : Donc du coup, vous attendez le retour des beaux jours en espérant qu’on ne soit pas reconfiné ?

Jean : Oui, c’est le seul truc que j’ai en tête. En ce moment, je reste à la maison.

Journaliste : Vous suivez le sport à la télé, du coup ?

Jean : Oui, beaucoup. Heureusement que j’adore le foot. J’ai toutes les chaînes et voilà je me régale le soir.

Journaliste : Jean, est-ce que vous avez sinon pour vous des craintes pour l’avenir, le vôtre, celui de vos proches en raison de la pandémie et puis notamment d’un point de vue économique ?

Jean : Je vais vous dire économique, oui. Je pense qu’on est tous en train de se demander comment ils vont faire ? Et puis pour mes proches, je vais vous dire une chose, c’est surtout mon petit-fils. Mes enfants travaillent. Ils n’ont donc pas de soucis. Mais par contre pour le petit gars, parce qu’en fin de compte l’école en ce moment a lieu. Mais il y a eu des arrêts l’année dernière et ce n’est quand même terrible. Vous savez, les enfants quand ils ont 9 ou 10 ans, moi, je vois les miens à la maison faire leurs devoirs mais si vous ne les poussez pas beaucoup, je peux vous dire que le gamin a vite fait de décrocher comme tous les enfants de toute façon. Vous voyez, c’est un peu plutôt pour eux que j’ai un peu peur. Mais voilà, je vais vous dire une chose : je pense qu’on va le payer certainement. Ce n’est pas possible qu’on donne autant d’argent à tout le monde et qu’on ne demande rien en conséquent. Donc, j’ai vu des trucs qui disaient que nos petits-enfants, ils allaient payer ça pendant des années aussi. Donc nous, on va payer aussi. Mais nous sommes en retraite et on ne va pas prendre de l’argent sur nos retraites. Ça je ne pense pas, mais il va y avoir des hausses comme il y a un petit peu, comme on voit en ce moment que je vais vous citer : le gaz, ça va être l’essence vous allez voir, ça va être un peu comme ça. Je suppose qu’ils vont prendre ça. Ils vont détourner ça comme ça. On verra bien.

Journaliste : Jean vous n’avez que 65 ans, je le disais tout à l’heure. Vous êtes en bonne santé. Vous êtes indépendant chez vous dans votre maison avec votre épouse. Pourquoi c’est important d’être indépendant chez soi ?

Jean : On a intérêt, parce que moi je vais vous dire, j’ai une maman qui a été vers la fin de ses jours dans une maison de retraite. C’est affreux. Elle avait un peu Alzheimer, si vous voulez. C’est terrible parce qu’en fin de compte j’entends souvent des gens qui ont la Covid, ils sont morts dans les Ephad. Mais ce n’est pas étonnant. Je vois comment ça se passe. J’aurais eu les moyens mais notre maman ne pouvait pas payer du monde toute la journée pour la garder. On a essayé le maximum mais le jour où on l’a mis dans une maison comme ça, ça n’a pas duré 8 mois. Donc, c’est bon pour vous dire qu’on essaie de… je vais vous dire qu’on fait très attention aussi. J’ai ma femme qui fait du diabète mais bon elle fait attention. On essaie de faire attention. Je peux vous dire que je ne fume pas. On boit un peu comme tout le monde. Mais voilà, on fait attention. Et puis, on marche. On essaie de mieux se maintenir.

Journaliste : Et puis du coup, vous êtes dans votre maison avec vos repères. Il y a le jardin. Quand il fera beau, ce sera mieux.

Jean : Oui, ce sera beaucoup mieux surtout chez nous puisqu’on en a un qui est assez grand. Mais ce sera beaucoup mieux. Je vais vous dire que pendant le premier confinement, on a passé beaucoup de temps dans notre jardin. Ça s’est passé rapidement, parce qu’en plus il faisait beau. A partir du mois de Mars et Avril, il a fait très beau et on a été toujours dehors. Moi j’étais toujours en short dehors.

Journaliste : Ce sera ma dernière question : qu’est-ce qu’on peut vous souhaitez pour cette année 2021, pour vous, vos proches et puis de manière générale pour tout le monde ?

Jean : Pour tout le monde, ce qu’on espère c’est que tout le monde soit en bonne santé et puis d’avoir une vie comme avant c’est-à-dire de faire ce qu’on veut. Une fois que tout le monde va se faire vacciner, je pense que ça devrait le faire. Donc déjà, il y aura moins de monde dans les hôpitaux et tout parce que là pour le moment ça sature. Je pense qu’avec le vaccin, que ça devrait être passé. Je suis confiant. Voilà, moi j’y crois.

Journaliste : Merci à Jean que j’étais ravi de le retrouver. Merci aussi à chacun d’entre vous qui nous suivait nombreux depuis la première saison. Si vous souhaitez réagir à cet épisode ou même témoigner prochainement comme vient de le faire Jean, rendez-vous sur le site internet et les réseaux sociaux d’Indépendance Royale. Merci de votre fidélité à ce programme et à très vite.

Retrouvez le podcast "Mon Logement, Ma Vie" par Indépendance Royale sur toutes les plateformes de podcasts :

Spotify : https://open.spotify.com/show/5B53Kt9KVbRocxyB87UJlH

Deezer : https://www.deezer.com/fr/show/1157212

Podcast Addict : https://podcast.ausha.co/mon-logement-ma-vie/

Apple podcasts : https://podcasts.apple.com/fr/podcast/mon-logement-ma-vie/id1510535949

Tune in : https://tunein.com/podcasts/Health--Wellness-Podcasts/Mon-logement-ma-vie-p1320021/

Témoignages recueillis par Jean-Baptiste Vennin

Cet article vous a-t-il été utile ?
Vu à la TV
Vu à la TV
et dans la presse
NF Service
Entreprise française
certifiée NF Service
Silver Culture
Créateur du fonds de
dotation Silver Culture
Recommandation
Recommandé par 17 000
professionnels de santé
reassurance-experience
Plus de 20 ans d'expérience
à votre service
Retour en haut
Être rappelé Vos avis