Aller au contenu principal
"Mon Logement, Ma Vie" Episode 13

"Mon Logement, Ma Vie" Episode 13

Dans "Mon Logement, Ma Vie", les seniors ont la parole ! Dans cet épisode, rencontre avec Bernard 95 ans qui vit seul à Châtillon Coligny à 80 kilomètres de Fontainebleau.

Journaliste : Comment ça se passe pour vous cette période Bernard ?

Bernard : Et bien ça ne se passe pas trop mal. J’ai une maison de 100 mètres carré au milieu d’un terrain de 2 000 m². Donc, j’ai de la verdure, des espaces verts, un petit jardin où je cultive des légumes. Je suis assisté par un neveu qui fait mes courses. J’ai une aide-ménagère qui vient toutes les semaines, un jardinier qui vient aussi toute les semaines m’aider. 

Journaliste : D’accord, donc vous n’êtes pas tout seul ?

Bernard : Alors je ne suis pas tout seul. Je ne suis pas trop mal. Je garde le confinement au maximum parce qu’à mon âge je suis un sujet à risque. Donc, je ne sors pas du tout. J’ai un confinement 100% sauf les visites que j’ai à la maison. 

Journaliste : D’accord. Alors du coup une journée type de confinement à vous, ça ressemble à quoi du matin jusqu’au midi jusqu’au soir ?

Bernard : Et bien j’ai de quoi m’occuper. Je lis, je joue, je regarde la télévision, voilà. Je me fais à manger et je m’occupe pas mal de chose et puis un petit peu du jardin aussi.  

Journaliste : Quand vous dites que vous jouez, vous jouez à quoi ?

Bernard : Et bien je joue surtout au sudoku. Ça m’occupe une grande partie de la journée.

Journaliste : Ça fait fonctionner le cerveau, c’est bien ça !

Bernard : Oui, ça fait fonctionner les méninges. Je passe un certain temps et puis je joue aux mots croisés, puis je regarde la télévision surtout les jeux l’après-midi : question pour un champion, le slam, etc. 
Journaliste : Les jeux qui font réfléchir aussi, quoi !

Bernard : Voilà, c’est ça ! Puis on peut participer un peu aux jeux parce que je joue beaucoup aux scrabbles. En dehors du confinement, j’ai une compagne qui vient à peu près tous les jours pour jouer aux scrabbles avec moi, donc.

Journaliste : Pour quelle raison vous avez décidé finalement de poursuivre cette période de confinement ?

Bernard : Bah je suis un sujet à risque. Donc je ne devrais pas… ce n’est pas pour moi. Pour moi, ma vie est derrière moi donc pour moi je si je disparais maintenant ce ne serait pas une catastrophe mais ce que je voudrais c’est ne pas être un courant de transmission aux autres, pour leur donner la maladie. 

Journaliste : Comment est-ce que vous faites pour échanger avec vos proches ?

Bernard : On se téléphone. On se téléphone tous les jours et puis j’ai mon neveu et ma nièce. On bavarde aussi à chaque fois qu’on a besoin de quelque chose ou que j’ai besoin de quelque chose. Je leur en parle. 

Journaliste : Est-ce que vous avez découvert d’autres choses que vous ne faisiez pas forcément auparavant ?

Bernard : Non, c’est-à-dire ce qui me manque c’est de me promener avec ma voiture parce que je conduis toujours ma voiture électrique. Donc ce qui me manque c’est d’aller me promener en voiture, de faire 40 km, 50 km autour de la Loire. Ça me manque et puis marcher aussi parce qu’en principe je fais 2 km par jour à peu près. Alors, j’évite de sortir dehors et je marche dans mon terrain. 

Journaliste : Est-ce que c’est important d’avoir son indépendance chez soi ?

Bernard : Alors moi, j’ai horreur des EHPAD et des maisons de retraite. Alors ça, j’espère ne pas y aller les jours de toute ma vie et de tout ce qui me reste à vivre parce que j’en ai connu, parce que des parents proches ils sont allés et j’ai des amis en maison de retraite et je n’ai pas du tout envie d’être dépendant. Tant que je ne serai pas complètement dépendant, je n’irai pas en maison de retraite certainement pas.

Journaliste : Aujourd’hui dans votre maison, dans quelle pièce finalement vous êtes le plus ?

Bernard : Je circule là. J’ai une maison qui fait 100 m². Je circule d’un endroit à l’autre. Je suis dans la pièce à vivre ou au salon. Je mange dans la cuisine. Je suis maintenant avec le soleil, j’ai deux grandes terrasses. Donc je suis dehors bien souvent aussi.

Journaliste : Comment est-ce que vous organisez, vous en avez parler que brièvement tout à l’heure mais au niveau de la cuisine, des courses ?

Bernard : Et bien c’est mon neveu qui fait mes courses deux fois par semaine. Je lui fais une liste de ce qu’il faut qu’il me rapporte. Et puis c’est lui qui fait les courses. 

Journaliste : Vous cuisinez beaucoup ?

Bernard : Oh non, pas beaucoup non. Je mange beaucoup de plats préparés et de chose comme ça. Mais enfin je fais ma soupe de légume tous les jours. Donc, ça m’amuse un peu, quoi ! 

Journaliste : Vous me l’avez dit que vous allez rester probablement encore un petit peu confiné, mais est-ce que vous pensez justement à l’après ?

Bernard : Bah non, pas tellement. J’irai voir mon fils certainement et ma belle-fille plus souvent, oui.

Journaliste : Vous êtes équipé ? Vous avez des masques pour pouvoir ressortir bientôt ?

Bernard : Eh bien, j’ai deux masques qui m’ont été fournis par, un par mon neveu, l’autre par une voisine aussi qui est suivie par une infirmière et qui peut avoir des masques. Elle a pu m’en avoir un aussi. Mais je ne l’ai pas porté encore. Je le garde pour sortir quand je sortirai.

Journaliste : Bernard, comment est-ce que l’on fait pour garder la forme comme vous avez à 95 ans ?

Bernard : Je vais vous dire une chose mais peut-être vous n’y croirez pas, mais moi je crois à la gelée royale. Je prends de la gelée royale depuis près de 20 ans, tous les matins un gramme de gelée royale. Je crois que ça participe à la longévité. 

Journaliste : Ça a une vertu pour ça ?

Bernard : Oui. Et puis je fais beaucoup de randonnée. J’ai refait ma vie à 80 ans. Je suis tombé veuf à 80 ans de mon épouse. A partir de 80 ans je me suis mis à marcher et à randonner. Mon fils m’avait dit pour éviter la solitude « tu vas te mettre à marcher 10 km par jour », mais je lui ai dit « 10 km, mais ça ne va pas ? » Et puis finalement au bout de 15 jours, 3 semaines je faisais effectivement mes 10 km et après j’en ai fait 12, 13, 14, 15, 20. Et je fais beaucoup de randonnée. Ça m’a rajeuni à tel point que j’ai repris une compagne avec qui on a vécu 10 ans et elle est décédée ça va faire 3 ans maintenant. 

Journaliste : Donc du coup vous allez reprendre j’imagine la marque quand vous allez pouvoir ressortir ?

Bernard : Un petit peu, oui, oui. J’ai quand même des problèmes d’arthrose qui m’empêche d’avoir une activité physique lourde. 

Journaliste : Bon en tout cas vous vous entretenez, ça c’est très bien. Ce sera ma dernière question, qu’est-ce qu’on peut vous souhaitez de beau pour la suite ?

Bernard : Moi, je souhaiterai aider les autres, vivre avec eux, vivre avec les voisins, les amis, retrouver un peu de charité si vous voulez, voilà !

Retrouvez le podcast "Mon Logement, Ma Vie" par Indépendance Royale sur toutes les plateformes de podcasts :

Spotify : https://open.spotify.com/show/5B53Kt9KVbRocxyB87UJlH

Deezer : https://www.deezer.com/fr/show/1157212

Podcast Addict : https://podcast.ausha.co/mon-logement-ma-vie/

Apple podcasts : https://podcasts.apple.com/fr/podcast/mon-logement-ma-vie/id1510535949

Tune in : https://tunein.com/podcasts/Health--Wellness-Podcasts/Mon-logement-ma-vie-p1320021/

Témoignages recueillis par Jean-Baptiste Vennin

Cet article vous a-t-il été utile ?
Vu à la TV
Vu à la TV
et dans la presse
NF Service
Entreprise française
certifiée NF Service
Silver Culture
Créateur du fonds de
dotation Silver Culture
Recommandation
Recommandé par 16 000
professionnels de santé
Expérience
+ de 15 ans d'expérience
à votre service
Retour en haut
Être rappelé Vos avis