0 800 79 410
la "maison des babayagas" : une anti maison de retraite pour vieillir autrement

La « Maison des Babayagas » : une anti maison de retraite pour vieillir autrement

Inaugurée au début de l’année 2013, La "Maison des Babayagas" est un habitat participatif autogéré, citoyen, solidaire et écologique, réservé aux femmes âgées de 60 ans et plus.

Il s'agit d'un concept innovant qui veut porter un regard différent sur le vieillissement et dont l’initiatrice n’est autre que Thérèse Clerc, une militante française pour les causes féministes.

Zoom sur la "Maison des Babayagas" : naissance du projet, concept d'un logement alternatif, description de la résidence et fonctionnement de l'association.

Sommaire Afficher

La naissance d'un habitat participatif autogéré

C'est à l'initiative d'une militante féministe que cet habitat participatif autogéré a vu le jour.

La fondatrice, Thérèse Clerc, une militante féministe

Engagée pour défendre des causes féministes, dont le droit à l’avortement, Thérèse Clerc avait commencé à réfléchir au projet des Babayagas dès 1995, à la mort de sa mère grabataire. C'est au terme de cette pénible épreuve et des démarches qui s'en sont suivies que germe l'idée de vieillir autrement : la vieillesse est moins pénible à supporter si on a la possibilité de partager sa vie avec d'autres habitantes qui souhaitent continuer à vivre comme elles ont toujours vécu, indépendantes et autonomes.

C'est ainsi qu'est né le concept de cet habitat participatif autogéré.

La "Maison des femmes de Montreuil" puis la "Maison des Babayagas"

Avant de fonder la "Maison des Babayagas", Thérèse Clerc a d'abord lancé un autre projet féministe en 1997 : la "Maison des femmes de Montreuil", dédiée aux victimes de violence.

Puis, au début des années 2000, elle a rencontré Monique et Suzanne. En conjuguant leurs efforts, elles vont devenir les trois piliers du projet des Babayagas. Après plusieurs années de batailles administratives pour créer le projet, la pose de la première pierre du bâtiment se déroule en octobre 2011 à Montreuil. Deux ans plus tard, en 2013, la "Maison des Babayagas" sera inaugurée.

Sa fondatrice féministe est décédée en février 2016 à l'âge de 88 ans mais la "Maison des Babayagas" continue à vivre.

 

Un concept d'habitat participatif pour bien vieillir

L'idée est d'éviter de passer ses vieux jours dans une maison de retraite classique en cherchant une alternative plus humaine et plus citoyenne.

Réservé aux femmes âgées de plus de 60 ans

La Maison des Babayagas est une forme d’habitat participatif autogéré qui est réservé aux femmes de 60 ans et plus.

Solidaire, engagé et écologique, ce concept a pour but de créer un lieu où les femmes peuvent vivre en étant actrices de leur vieillesse, en étant citoyennes et en partageant des valeurs communes et des espaces communs .

Une alternative à la maison de retraite

Cette résidence innovante apporte une réponse citoyenne et politique à des enjeux de société, tels que le vieillissement de la population, l’isolement des seniors, la précarité de certains retraités etc... Le concept est une alternative au maintien à domicile, qui entraîne souvent dépendance et isolement, ainsi qu’à l’entrée en établissement, qui a un coût parfois prohibitif.

Dans ce projet alternatif, les femmes âgées partenaires sont amenées, ensemble, à prendre en mains leur vie dans un lieu ouvert sur la société et sur la ville.

Le surnom de ce logement pas comme les autres, « Babayagas », vient d’un vieux conte russe : les babayagas sont de vieilles sorcières bienfaitrices.

Description de la résidence et fonctionnement de l'association

Ici, les habitations sont individuelles mais organisées avec des espaces communs permettant d'avoir des activités collectives et d'entraide.

Une résidence avec logements individuels et parties communes

Le bâtiment de six étages, situé à deux pas de la Mairie de Montreuil, près de Paris, compte vingt-et-un logements pour des femmes de plus de 60 ans et quatre logements pour des jeunes de moins de 30 ans (afin de favoriser l'échange intergénérationnel).

Il dispose aussi de parties communes, dont un jardin réservé aux activités collectives.

Derrière ses murs qui ne portent aucun écriteau qui pourrait la différencier des logements voisins, La "Maison des Babayagas" accueille ainsi vingt femmes retraitées âgées de 60 à 89 ans, qui portent en elles les valeurs fortes de l’entraide et de la solidarité. Chacune d’elles occupe un studio de 25 à 44 m² dont les loyers varient de 200 à 550 euros hors charges.

Chaque résidente est responsable de son logement et propose son aide aux partenaires moins alertes, afin d’éviter ou retarder leur entrée en maison de retraite.

Un fonctionnement solidaire pour mieux vivre ensemble

A l'entrée dans les lieux, les résidentes doivent signer, auprès du bailleur HLM, une Charte qui posent les bases idéologiques de la vie en communauté telle qu'elle est proposée ici : vivre avec des préoccupations écologistes, féministes, citoyennes et solidaires. N'est pas admise ici qui veut...

Dominique Doré, qui a participé à la rédaction de cette Charte, si elle évoque quelques difficultés en matière d'autogestion et d'écologie, insiste sur l'ouverture sur le quartier et le dynamisme que la "Maison des Babayagas" entretient sur l'environnement extérieur.

Enfin, cette anti maison de retraite, c’est aussi un espace dédié au partage, aux échanges et à différentes actions qui sont animées par les résidentes elles-mêmes, des sympathisants, des jeunes du quartier et des associations de Montreuil.

Ces actions visent à favoriser les rencontres intergénérationnelles et à rompre l’isolement des résidentes, tout en animant la vie du quartier. Il s'agit de tables ouvertes, de repas partagés (le deuxième vendredi de chaque mois), d'ateliers de dessin, de sophrologie, de ciné-débat, d'expos, de sorties culture etc... toutes sortes d'activités que les habitants de Montreuil peuvent aussi partager.

Autour des Babayagas, gravite aussi l’Unisavie, l'Université populaire pour bien vieillir, un autre héritage de Thérèse Clerc, qui a pour but de réfléchir à la vie citoyenne du troisième âge et de rechercher des solutions innovantes (pour l’occasion, les hommes sont les bienvenus).

Les Babayagas : un nouveau concept pour bien vieillir ensemble

La "Maison des Babayagas", résidence aux valeurs fortes de partage, de féminisme et d'écologie, a ainsi permis à des femmes de plus de 60 ans de bien vivre leur vieillesse, en gardant indépendance et autonomie pour de nombreuses années encore.

Se présentant comme une alternative à la maison de retraite et étant ouvert sur le quartier, cet habitat participatif autogéré de Montreuil est un modèle en matière de logement senior, à reproduire ailleurs.

Découvrir également
L’association « Habit’âge »L’association « Habit’âge »

Lancé en décembre 2013, le projet « Habit’âge » se veut être une rÃ...

Lire la suite
scroll to top
Contacter Independance Royale
Être rappelé
Vos avis