Pour vivre vieux, vivons sportifs

Pour vivre vieux, vivons sportifs

Le ministère chargé des sports vient d’éditer un guide à l’attention des personnes âgées intitulé « Vie-eux et alors ? ».

Partant du constat que la population française vieillit et que le « bien vivre chez soi » est l’un des objectifs des politiques publiques en faveur de la prévention et des risques liés à l’âge, la ministre déléguée aux sports, Roxana Maracineanu, a présenté un guide préconisant la pratique sportive et physique pour favoriser un vieillissement en bonne santé.

Il est avéré que la pratique d’une activité physique permet de retarder les phénomènes et pathologies liés à l’avancée en âge. De plus, la pratique collective à vocation à renforcer le lien social et à endiguer l’isolement des personnes âgées. D’où l’intérêt de faire quelques efforts !

Préserver sa vitalité

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), un senior sur trois ne suit pas les préconisations en matière d’activité sportive à savoir consacrer de 2h30 à 5 heures par semaine à une activité physique modérée. Plus de 80 % des personnes âgées  de 65 à 79 ans sont trop sédentaires. Et, on le sait, « moins on marche, moins on marchera et plus on bouge, moins on a mal ».

L’exercice physique est un allié pour le cœur, pour le poids, pour les articulations et pour le mental. Partant de ce constat, il existe de multiples façons de faire de l’exercice sans jouer les athlètes de haut niveau : marcher, nager, faire du vélo et aussi en complément...faire du jardinage, du ménage ou encore bricoler.

Le guide présente également les bonnes pratiques en matière de mouvements à faire chez soi mais incite également à pratiquer en groupe ou dans des clubs qui sont nombreux sur le territoire. Il s’adresse aussi aux intervenants auprès des seniors : professionnels du médical, paramédical et social afin de les inviter à les accompagner dans leur pratique.

Soigner par le sport

Le véritable intérêt du guide est parallèlement d’en faire un outil thérapeutique s’inscrivant dans un objectif de santé publique. Par exemple, il s’avère être un dispositif de lutte contre les chutes des personnes âgées. Avec 9 000 décès chaque année et plus de 70 000 fractures du col du fémur chez les plus de 65 ans, la pratique sportive ou physique est un élément essentiel pour repousser la perte d’autonomie.

Par ailleurs, la ministre a présenté fin février une proposition de loi destinée à démocratiser le sport et notamment à ouvrir le droit à la prescription médicale d’activités physiques adaptées aux personnes en perte d’autonomie. Ce projet de loi apporte un volet supplémentaire à la pratique du sport senior qui s’est concrétisé en 2019 avec le lancement des Maisons Sport Santé. Ces lieux présents dans l’ensemble des départements s’adressent aux personnes malades ou éloignées de toute pratique physique. Les Maisons Sport Santé sont déjà au nombre de 436 et ont aidé environ 360 000 personnes.

Le guide « Vie-eux et alors ? » participe à cette stratégie nationale du sport-santé en faveur des seniors.

https://onaps.fr/guide-vie-eux-et-alors/