Aller au contenu principal

AgeLab : un écosystème au service des séniors

Le nombre des personnes âgées ne cesse de croître depuis ces dernières années. En France, on compte 12 millions de personnes âgées de plus de 60 dont 2 millions de plus de 80 ans, en Allemagne 21 millions, au Japon 33 millions, aux Etats-Unis 50 millions et en Chine 200 millions. Selon une étude de l’ONU, en 2050, il y aura 1,5 milliard de personnes de plus de 65 ans, un cas jamais vu depuis l’histoire de l’humanité. Pour la première fois, les séniors seront plus nombreux que les enfants de moins de 5 ans.

Création d’un nouveau marché autour des séniors

Il y a quelques années encore, le marché de la silver économie n’intéressait personne mais aujourd’hui, on constate un véritable engouement pour cette branche. C’est dans cette optique que le MIT a décidé de lancer AgeLab, un programme d’étude consacré aux personnes âgées et cela a donné naissance à Agnes (Age Gain Now Empathy System). Les chercheurs espèrent avec Agnes mieux comprendre la vieillesse. En effet, Agnes est une combinaison capable de simuler les effets physiques de la vieillesse comme la trouble de la vision, la perte de l’équilibre, la détérioration des sens, la restriction des mouvements, la maladresse ou les douleurs. Le système Agnes sert à tester des produits en prenant en compte l’impact du vieillissement surtout dans le domaine automobile. C’est aussi le cas pour le domaine de la finance qui a récemment fait une offre de prêt pour les 50 ans.

Accorder plus d’importance à cette tranche d’âge

Les personnes âgées ont un pouvoir d’achat croissant car leur épargne augmentera de +1,2% d’ici 2020 en Europe. L’espérance de vie connaît aussi une amélioration car elle est de 80 ans si en 1900 on avait calculé l’espérance de vie des personnes dans les pays du monde à 50 ans. Comment animer cette démographie vieillissante ? C’est pour offrir des solutions dans ce sens qu’AgeLab a été conçu. L’objectif est de créer un écosystème au service des personnes âgées dans lequel ils peuvent investir. AgeLab est une structure de recherche multidisciplinaire mise en place en 1999 au Massachusetts Institute of Technology (MIT). Elle réfléchit à de nouvelles idées et les traduit de manière créative en solutions pratiques pour améliorer la santé des gens et leur permettre d’être encore active malgré le vieillissement.

AgeLab : un laboratoire d’étude 2.0 dédié aux séniors

AgeLab se concentre sur les problèmes de santé, de finances, d’hébergement, de mobilité, d’accessibilité ou de vivre-ensemble autour des séniors. Elle utilise la technologie mais aussi des experts en informatiques et des spécialistes médicales pour travailler ensemble sur des solutions innovantes et efficaces dans l’immédiat comme le projet ‘Agnes’. Agnes a un champ de travail assez large car simule la flexibilité, la motorisation, la dextérité, la capacité physique ou la visibilité d’une personne âgée afin que les ingénieurs, les médecins et les architectes comprennent mieux les contraintes liées à l’âge. Un objectif que partage ‘NavStudio’, un programme qui étudie le comportement des séniors avec internet : qu’est-ce qui les attire ? Qu’est-ce qui les décourage en vue de créer des programmes efficaces pour une meilleure accessibilité ?  AgeLab est un concept un peu copié sur le système américain avec les mêmes objectifs : faire des personnes âgées un acteur majeur de l’économie. En effet, en Europe, on compte actuellement plus de déambulateurs et de fauteuil roulant que de poussettes dans certaines zones. Un fléau qui touche aussi la Belgique car la population belge continue de vieillir.  Une croissance de 57,1% du nombre des plus de 80 ans est envisageable d’ici 2030 selon l’UCL.

Un manque de bonne gouvernance autour des ainés

La bonne gouvernance n’est pas appliquée dans le cas des séniors c’est un fait. Cette tranche d’âge est la grande oubliée du numérique car de nombreux séniors sont en retard face au développement de la technologie et qu’il n’y pas encore assez d’innovation qui résout vraiment leur problème de base : réussir au-delà de 60 ans. L’enjeu aussi c’est de vraiment changer la manière de penser car les séniors ne sont pas un poids pour la société, ils sont et pourront améliorer la situation économique du pays. Selon une étude réalisée par une entreprise d’expertise en finance PwC, le PIB de la Belgique pourrait augmenter jusqu’à 10% si le pays exploite mieux le potentiel de sa population âgée. Surtout que 55% des personnes qui sont actives entre 55 à 64 ans arrêtent de travailler avant la retraite. On pourrait donc, en se référant à l’objectif initial du programme, ajouter un volet consacré à ce problème qui permet d’intervenir bien en amont. Pour se faire, il faut régler le problème à la source, c’est-à-dire en France, qui se présente comme l’Accélérateur de croissance’. La mission serait de convaincre les dirigeants en fin de carrière et détacher les grands groupes pour appuyer les jeunes entrepreneurs. Le but est de les faire participer à ‘AgeLab’ avant la retraite.

Revoir le système de développement auprès des entreprises

Avec le programme ‘Agnes’ les entreprises pourront combiner leurs techniques avec les solutions proposées par le programme. Chaque entreprise devra bien comprendre les différences entre les séniors car oui, il y a différents types de séniors. La nature des services et des produits devrait répondre à cette demande car au départ l’impact de l’âge sur les personnes et leurs besoins seront étudiés au préalable afin de faire des offres en rapport avec leur environnement. Avec le fort pouvoir d’achat que représentent les séniors, ce marché est un véritable enjeu pour les entreprises car il ne cesse d’accroître avec les années. La longévité qui s’améliore est à l’origine de ce phénomène mondial. Dans les pays européens, une personne de 60 ans peut espérer vivre 20 ans de plus soit une amélioration de 6 ans depuis 1974. Avant on parlait de troisième âge mais il serait temps de parler de 4ème âge ou de 4ème vie au-delà de 60 ans. La société évolue petit à petit avec les ainés d’où l’ouverture de nombreux centres de formation destinés à l’apprentissage des plus de 60 ans. Il est indispensable pour cette génération d’être en accord avec l’évolution technologique et pourquoi pas acquérir de nouvelles compétences. Pour réussir dans cette approche, les entreprises doivent sortir d’une technique souvent caricaturale des personnes âgées pour appréhender la nouvelle facette de cette catégorie, sa complexité et ses valeurs. Le secteur de la technologie est fortement concerné pour casser le stéréotype d’un domaine destiné pour les jeunes car il doit aussi adopter les ainés.

 AgeLab sera implanté à Bruxelles

Le programme d’étude AgeLab aura son central à Bruxelles notamment à cause de sa situation démographique. La région de Bruxelles-Capitale compte 10,5% de la population belge contre 31,9% en Wallonie et les personnes de plus de 65 ans constituent 13,1 de la population et c’est pareil dans le sud. Bruxelles dispose également d’un environnement économique et universitaire propice pour les innovations. C’est un bon point de départ pour un programme qui touche aussi bien la société que l’économie et le développement. Pour commencer le projet se concentrera dans plusieurs communes qui comptent des ainées au-dessus de la moyenne nationale comme c’est le cas d’Uccle, Watermael-Boitsfort et Woluwe-Saint-Pierre. On peut y ajouter aussi Waterloo qui a une forte concentration de séniors car les plus de 65ans dépassent les 20% de la population dans cette zone.

Cet article vous a-t-il été utile ?
Vu à la TV
Vu à la TV
et dans la presse
NF Service
Entreprise française
certifiée NF Service
Silver Culture
Créateur du fonds de
dotation Silver Culture
Recommandation
Recommandé par 16 000
professionnels de santé
Expérience
+ de 15 ans d'expérience
à votre service
Retour en haut
Être rappelé Vos avis