Seniors, épargnez, investissez !

Seniors, épargnez, investissez !

Le départ en retraite est un moment particulier où les revenus se transforment en pension. Généralement les sommes perçues de la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse abondées par les caisses complémentaires sont en dessous du niveau de rémunération de la personne active. De ce fait, bon nombre de seniors sont à la recherche d’un moyen efficace pour compléter leurs ressources. Anticiper la perte d’autonomie, préparer sa succession font également parties des priorités des retraités. Même si les situations sont différentes, certaines solutions sont à valoriser et d’autres à éviter.


Les meilleures options 2023

Parmi celles-ci le Plan Epargne Retraite (PER) est un placement qui s’avère intéressant. Il combine la défiscalisation des sommes versées avec soit une bonne rentabilité sur les supports en actions soit la sécurité avec le fonds en euros dont le capital est garanti. Cela étant, il faut bien choisir parmi les acteurs du marché car les performances affichées peuvent être très hétérogènes. Il faut savoir que cette épargne est bloquée jusqu’à la retraite. Il s’adresse spécifiquement aux jeunes seniors ( 50-55 ans) qui souhaitent préparer leur retraite.
Par ailleurs, le PEA (Plan d'Epargne en Actions) est une enveloppe dont le plafond atteint 150 000 euros. C'est un placement parfait pour les retraités s'il est ouvert au moins 8 ans avant le départ en retraite. Ainsi, les investissements réalisés ont fructifié dans le temps. De surcroît, les gains perçus sont exonérés d'impôts sauf les prélèvements sociaux. Si le senior fait un retrait sur un PEA de plus de 8 ans, celui-ci n'est pas clôturé. En revanche, si un retrait est effectué entre 5 et 8 ans le PEA est automatiquement fermé.
Autres solutions : les Sociétés Civiles de Placements Immobiliers SCPI) qui sont des sociétés gérant des parcs immobiliers de bureaux, de locaux commerciaux ou des biens résidentiels. La SCPI vous verse une part des loyers chaque mois ou chaque trimestre. L’avantage des SCPI est que les revenus sont assez stables au cours du temps. Il s’agit d’un placement idéal pour un senior à la retraite. La rentabilité est en général comprise entre 4 et 5 % pour les plus performantes des SCPI. Un de leurs principaux défauts est le traitement fiscal car les loyers perçus sont à intégrer aux revenus et soumis à l’IR. Ce n’est pas forcément très gênant si le senior est retraité et que sa pension n’est pas très élevée avec une tranche d’imposition relativement faible.
Les SCPI permettent d’investir dès 1 000 euros en bénéficiant d’une gestion déléguée et d’une mutualisation des risques. Cette alternative appelée aussi « pierre-papier » se divise en SCPI de rendement offrant à l’épargnant des revenus complémentaires, en SCPI fiscales permettant de défiscaliser via les dispositifs Pinel, Malraux...et enfin les SCPI de plus-value. Dans ce cas, le senior investit selon sa situation. Il est possible d’investir dans des SCPI via son assurance-vie pour en minimiser la fiscalité.
Quant à l’assurance-vie, elle est considérée comme le meilleur placement pour un senior. Elle prévoit une fiscalité avantageuse, de multiples supports d’investissement et une flexibilité avec des retraits possibles. L’assurance-vie peut se cumuler avec le PER et les SCPI. Surtout, elle est très intéressante dans le cadre d’une succession puisque les sommes versées avant 70 ans sont décrétées hors succession. L’assurance-vie propose un abattement de 152 500 euros par bénéficiaire. Après 70 ans, les plus-values échappent à l’impôt et les héritiers ont droit à un abattement de 30 500 euros.
Enfin, l’assurance-vie s’avère utile dans un contexte de dépendance si l’on y souscrit assez tôt. Le placement peut être débloqué pour payer les frais de maison de retraite ou d’EHPAD et éviter ainsi aux descendants d’en assurer le coût. Là également, il convient de choisir le meilleur placement en interrogeant les acteurs du secteur.
Dans un autre registre, le viager est une solution alternative qui génère des compléments de revenus tout en gardant son logement jusqu’au décès. La rente versée est d’autant plus importante que l’âge du senior est élevé. Ce complément est particulièrement adapté lorsque l’on a peu d’épargne. Il connaît aujourd’hui un regain d’intérêt.


Les placements à éviter

A contrario certains placements sont à proscrire. Il s’agit des placements défiscalisés mais soumis aux prélèvements sociaux à l’exception du Livret A ou du Livret de Développement Durable et Solidaire et bien sûr de la bourse qui comporte trop de risques et d’aléas. Citons aussi le Plan Epargne Logement (PEL) non adapté pour les seniors.
Si un PEL est plus risqué pour un senior, c'est parce qu'il est conclu pour une durée minimale de 4 ans. Si le senior veut faire un retrait sur ce compte avant cette date, alors le plan est clôturé de manière automatique.
L'argent du PEL est bloqué durant tout le crédit. Le taux d'intérêt varie également selon la somme d'argent épargnée. Il est toujours aux alentours de 2,5% bien qu'il soit revalorisé tous les ans.
Finalement, le meilleur placement pour un senior est celui qui tient compte de ses besoins réels. Avant de placer son argent, il faut donc définir ses objectifs et considérer les critères tels que :
• l’âge ;
• le montant et la nature des revenus ;
• la fiscalité qui s’applique sur le support  ;
• la situation familiale et professionnelle ;
• le niveau de risque etc.