Contactez-nous

Contact
0 800 58 58 58

0 800 79 410

Contactez-nous

Contact
4.4/5
basé sur 67 avis
blog indépendance royale

Paroles d’experts

Des experts vous répondent sur le bien vivre sa dépendance et comment s’adapter aux changements de vie.

Accueil du blog > Maintien à domicile > Savoir anticiper pour bien vieillir chez soi

Savoir anticiper pour bien vieillir chez soi

Posté le 24 novembre 2017 dans Maintien à domicile

Se rendre à l’évidence qu’on entre dans le troisième, voire dans le quatrième âge, n’est jamais facile. Dans sa tête, on reste toujours « jeune » et pas question de penser à ces choses tristes qu’on associe souvent au vieillissement. Or, il faut bien y penser un jour ou l’autre. Et c’est surtout vrai en ce qui concerne le logement. N’attendez pas d’avoir une chute ou de ne plus pouvoir arpenter les marches de l’escalier pour penser à l’adaptation du domicile. Pourquoi ne pas anticiper ?

Pourquoi adapter le logement ?

Une question qui revient souvent avec le vieillissement de la population est : quel intérêt à adapter son logement ? A l’heure où neuf seniors sur dix souhaitent vieillir à domicile, les travaux d’adaptation sont plus que jamais nécessaires pour assurer la sécurité, l’autonomie et le confort des personnes âgées dans leur environnement. L’une des problématiques majeures auxquelles répond l’adaptation du domicile est la chute et ses conséquences dramatiques. La chute est la deuxième cause de mort accidentelle chez les seniors. Elle représente 80% des accidents domestiques chez les plus de 65 ans. Les grands travaux d’adaptation comme le remplacement de la baignoire par une douche plain-pied ou l’installation d’un monte-escalier visent à éliminer ce danger.

Les travaux d’adaptation permettent aussi de valoriser le logement (douche à l’italienne, volets électriques…) tout en faisant bénéficier d’aides financières à ceux qui les entreprennent.

Quand commencer à adapter son logement ?

Aménager son logement pour ses vieux jours, oui, mais quand y penser ? Pour y répondre, voici les résultats d’une étude menée par l’institut Adjuvance pour l’Agence nationale de l’amélioration de l’habitation sur l’anticipation des difficultés liées au vieillissement :

Les 56-62 ans, qui sont aujourd’hui des aidants naturels, sont très conscients et informés au sujet du vieillissement et de l’importance d’adapter le logement à cause de leurs propres parents. En conflit avec ces derniers en tentant de les convaincre, ils sont favorables à l’idée d’anticiper l’aménagement de leur logement en vue de leur propre vieillissement.
Les jeunes retraités (62-72 ans) refusent de vieillir. C’est cette fameuse génération de baby-boomers qui s’est battue pour avoir sa liberté et qui a du mal à se faire à l’idée de vieillir. Ils pensent que vieillir, c’est perdre leur liberté. N’ayant pas vu leurs parents vieillir, ils ne voient pas l’intérêt d’anticiper les difficultés auxquelles ils vont être confrontés.
Les 72 ans et plus acceptent leur âge et leur situation. Ils ont connu la guerre quand ils ont été petits et ont appris à se résigner de ce qu’ils ont et à ne pas se plaindre. Ils considèrent le vieillissement comme une logique sans essayer pour autant d’améliorer leurs conditions.

Donc, seuls les 52-62 ans sont favorables à la question de l’anticipation de l’aménagement du domicile. Les 62-72 ans, eux, repoussent à plus tard le passage à l’acte. Les 72 ans et plus, pour leur part, passent à l’acte seulement après un déclic motivé par des problèmes de santé ou un besoin de confort.

D’après cette même étude, les travaux d’adaptation sont plus faciles à accepter quand ils sont liés à l’amélioration du confort et/ou de l’esthétisme. C’est le cas de la pose de volets roulants ou d’une douche à l’italienne. Au contraire, il est plus difficile d’admettre des travaux répondant à la perte d’autonomie comme les barres d’appui ou le lit médicalisé…

Les avantages d’anticiper la transformation du logement

Anticiper l’adaptation du logement apporte de nombreux avantages comme repousser, voire éviter la survenue des accidents ou des difficultés liées à l’âge. Vous pourrez ainsi continuer à profiter tranquillement de votre logement et de votre vie tout en évitant les chutes qui marquent souvent le début de la perte d’autonomie.

En identifiant plus tôt les points faibles de votre logement, vous aurez aussi plus de temps pour penser aux solutions qu’il faut adopter. Comme vous ne serez pas contraint par les situations d’urgence (chute, retour d’hôpital…), les travaux seront plus faciles à mettre en œuvre.

Qui sont les interlocuteurs ?

Avant même que les difficultés liées à l’âge n’apparaissent, il faut penser à transformer votre logement. Mais comment faire ? Plusieurs interlocuteurs peuvent vous conseiller et vous accompagner dans votre projet :

L’ergothérapeute : ce professionnel de santé examine votre logement et met en lumière les difficultés que vous pourriez rencontrer avec l’avancée en âge. Il donne des préconisations pour y remédier.
Les professionnels de l’immobilier (architecte, entreprise de bâtiment) : comme ils sont déjà familiarisés avec ce type de travaux, ils peuvent vous aider à réaliser votre projet en vérifiant la faisabilité de celui-ci. Ils mandateront des artisans qui réaliseront les travaux et assureront le bon déroulement de ceux-ci.
La PACT (Protection, Amélioration, Conservation, Transformation de l’habitat) : spécialiste de l’adaptation du logement, c’est l’un des premiers interlocuteurs susceptibles de vous aider à aménager votre logement. Ses représentants peuvent vous assister du début à la fin de votre projet en prenant en charge le diagnostic, l’examen des devis et le suivi des travaux. Ils peuvent aussi vous aider à monter votre dossier de financement. Les PACT sont des associations mandatées par les conseils régionaux ou les caisses de retraite. Mais, vous pouvez aussi les solliciter directement.
L’ANAH : l’Agence Nationale de l’Habitat apporte un soutien financier dans la réalisation de travaux d’adaptation. Ces aides peuvent aller jusqu’à 50% du coût des travaux. Certains types de travaux ouvrent également à un crédit d’impôt de 25%.

Pas à pas…

Anticiper l’aménagement du logement ne signifie pas réaliser un gros chantier d’un seul coup. Vous pouvez tout à fait transformer votre logement pas à pas. Si votre salle de bains est vieille, au moment de la rénover, pensez à remplacer la baignoire par une douche à l’italienne, par exemple. De même, si vos volets sont usés, optez pour des stores électriques. Et ainsi de suite. De cette façon, les seuls travaux qui vous resteront au moment opportun seront l’installation des barres de maintien, l’achat du lit médicalisé, etc.

Bref, on pense que l’âge idéal pour penser à l’adaptation du logement est autour de 60 ans, car plus une personne avance en âge, plus il sera difficile pour elle de changer ses habitudes et d’accepter les transformations dans son environnement. Même s’il est difficile de se projeter 20 ans, 30 ans plus tard, anticiper a toujours son intérêt. C’est une erreur d’attendre que les premiers signes de la perte d’autonomie apparaissent pour prendre une décision. Il faut s’y prendre le plus tôt possible. 

Commentaires (0)

Partagez et échangez
de commentaires

Ajouter un commentaire

Donnez votre avis
Veuillez vérifier que tous les champs soient complétés.

Les informations recueillies à partir de ce formulaire sont enregistrées, gérées et modérées par le personnel de notre entreprise chargé du traitement de votre commentaire


Vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et d'opposition aux données vous concernant, que vous pouvez exercer en vous rendant sur cette page : Formulaire de contact responsable de traitement