blog indépendance royale

Paroles d’experts

Des experts vous répondent sur le bien vivre sa dépendance et comment s’adapter aux changements de vie.

Accueil du blog > Maintien à domicile > Les seniors et la dénutrition, comment bien manger ?

Les seniors et la dénutrition, comment bien manger ?

Posté le 19 septembre 2017 dans Maintien à domicile

Pour bien fonctionner, notre organisme a besoin d’un certain équilibre entre les besoins et les apports nutritionnels. Lorsque les apports nutritionnels n’arrivent pas à couvrir les besoins du corps, on parle de dénutrition. C’est un phénomène très fréquent chez les personnes âgées. Il touche 4 à 10% des seniors vivant à domicile et 15 à 38% de ceux qui sont en institution. La dénutrition des personnes âgées peut entraîner des conséquences désastreuses comme la perte d’autonomie, la diminution de la force musculaire, etc. Il est donc important de la prévenir et de la prendre en charge de manière sérieuse. Découvrez dans cet article comment aider une personne âgée à vaincre la dénutrition.

La dénutrition chez les seniors, un phénomène à prendre au sérieux

Avec l’âge, l’appétit diminue. On se nourrit moins bien. Le fait de se retrouver seul ou de perdre une partie de la perception du goût fait parfois perdre l’envie de cuisiner et de manger. A ceci s’ajoutent les maladies, la dépression et la dépendance qui accompagnent le vieillissement. Or, les besoins nutritionnels restent les mêmes que l’on soit âgé ou non. Beaucoup ont tendance à croire que les apports nutritionnels diminuent en vieillissant. C’est faux. Les besoins nutritionnels d’un senior sont exactement les mêmes que ceux d’un adulte, soit 30Kcal/kg/jour.

En France, entre 300 000 et 400 000 personnes âgées qui vivent à domicile sont touchées par la dénutrition. On parle aussi de malnutrition protéino-énergétique, parce que les seniors manquent surtout de protéines et d’énergie. Cette carence entraîne des complications graves, voire une mortalité accrue chez les sujets concernés. D’où l’importance de la traiter au sérieux. Le dépistage et la prise en charge doivent être une priorité absolue pour les proches et les aidants de la personne âgée. C’est d’ailleurs ce qui a poussé la Haute Autorité de Santé (HAS) à publier des recommandations pour la prise en charge des personnes âgées dénutries (HAS 2007).

Les conséquences de la dénutrition chez les seniors

L’une des conséquences majeures de la dénutrition chez les seniors est la perte de la masse musculaire qui aggrave leur vulnérabilité et leur fragilité. Les carences en nutriments provoquent une fonte musculaire (amyotrophie) ou sarcopénie qui va, à son tour, entraîner une faiblesse physique générale, une baisse des défenses immunitaires et des troubles de la marche et de l’équilibre. Cela signifie que la personne âgée dénutrie résistera moins aux infections et verra son autonomie diminuer davantage.

A ceci s’ajoutent d’autres conséquences non négligeables comme l’aggravation de l’ostéoporose et l’augmentation des risques de chute et de fractures à cause des carences en vitamine D et en calcium.

La spirale infernale de la dénutrition

Ce qu’il faut savoir sur la dénutrition des personnes âgées, c’est qu’il s’agit d’un cercle vicieux. On parle aussi de la « spirale infernale » de la dénutrition. La dénutrition est un état pathologique qui se caractérise par une carence d’apports nutritionnels. Elle entraîne une perte de poids, de la fatigue et un déficit immunitaire. Au lieu de fabriquer des antigènes et des anticorps, l’organisme va plutôt se concentrer sur le maintien des fonctions basiques des muscles et des neuromédiateurs cérébraux. La personne sera donc vulnérable aux agressions. S’il y a une infection, ses besoins énergétiques vont augmenter. Or, comme elle a du mal à se nourrir correctement, le fossé se creuse davantage. Une fois que le processus de dénutrition est donc enclenché, il est difficile d’en sortir.

Quels sont les indices à surveiller ?

Si on ne fait pas attention, les risques de laisser passer des signes de la dénutrition chez un senior sont élevés. Il faut donc rester vigilant. Il existe un certain nombre d’indices à vérifier dont la perte de poids. Quand une personne âgée perd plus de 5% de son poids en un mois ou plus de 10% en six mois, c’est le signe de la dénutrition.

Par ailleurs, vérifiez son Indice de Masse Corporelle (IMC). Si celui-ci est égal ou inférieur à 21, cela pourrait sous-entendre une dénutrition. Faites attention, si la personne a souffert d’obésité avant la dénutrition. Son IMC peut être supérieur à 21.

Une albuménie inférieure ou égale à 35g/l peut aussi indiquer une dénutrition. Cet indice est sensible aux variations de l’état nutritionnel d’une personne.

Comment aider une personne âgée à lutter contre la dénutrition ?

Faire retrouver le goût des aliments ou l’envie de manger n’est pas une tâche facile. Toutefois, ce n’est pas impossible. Il suffit de s’y appliquer. Voici quelques idées pour prévenir la dénutrition chez les personnes âgées :

Changer le rythme alimentaire :

Au lieu des 3 ou 4 gros repas par jour, préférez des petits repas répartis sur toute la journée comme un petit-déjeuner, une collation à 10h, un déjeuner, un gouter à 16h, un dîner et éventuellement un petit grignotage avant le sommeil. En optant pour une collation avant le coucher, vous éviterez ainsi un jeûne nocturne trop long.

Enrichir l’alimentation classique en protéines et en énergie :

Il ne s’agit pas d’augmenter la quantité, mais la qualité du repas. Privilégiez les recettes riches en fromage, crème, lait, œuf, beurre, etc. au déjeuner. Pour le dîner, des plats à base de produits céréaliers comme le riz ou les pâtes sont conseillés pour permettre au corps de se recharger.

Adapter le menu aux goûts et aux besoins de chacun :

Pour lutter contre la dénutrition, il ne suffit pas de diversifier ou d’équilibrer l’alimentation. Il faut aussi l’adapter aux goûts et aux besoins de chacun. Par exemple, il faut adapter la texture des aliments aux capacités de déglutition et de mastication de la personne âgée. Pour ceux qui ne peuvent plus mâcher, optez par exemple pour les fondants et les veloutines.

Stimuler le plaisir de manger :

Pour aider une personne âgée à retrouver l’envie de manger, il faut avant tout veiller à faire du repas un moment agréable. Il faut qu’elle retrouve du plaisir à manger. Pour cela, commencez par cuisiner des plats qu’elle apprécie et qu’elle pourra manger sans difficulté.

La cuisine à texture modifiée est un bon moyen de concilier plaisir de manger et besoins nutritionnels. Elle se caractérise par ses formes authentiques, ses belles couleurs qui stimulent les sens, ses saveurs rehaussées pour lutter contre l’altération du goût et ses apports optimisés. Les aliments à texture modifiée peuvent être hachés, moulinés, mixés ou liquides selon le cas.

Enfin, l’envie de manger peut aussi être restaurée par la convivialité. Les repas en famille, entre amis ou voisins sont un excellent moyen d’aider un sujet âgé à bien se nourrir. N’hésitez pas à consacrer du temps régulièrement pour manger avec vos proches âgés.

Le portage des repas :

Qu’il soit quotidien ou occasionnel, le portage des repas est une solution technique efficace qui permet aux seniors de continuer à manger correctement, sans cuisiner ou faire des courses. Cette aide est idéale pour les personnes âgées qui ne peuvent plus ou refusent de cuisiner pour une raison ou une autre.

Les compléments nutritionnels oraux

En cas de dénutrition avancée, la prise de compléments nutritionnels oraux est indispensable. Ce sont des mélanges nutritifs très riches en protéines et en calories. Ils se déclinent en une multitude de goûts et de textures facilement acceptées par les seniors. Leur posologie est de 1 à 2 compléments nutritionnels oraux par jour, soit 400Kcal pendant au moins 1 mois. Ils peuvent être pris pendant les repas en complément ou en collations.

  

Commentaires (0)

Partagez et échangez
de commentaires

Ajouter un commentaire

Donnez votre avis
Veuillez vérifier que tous les champs soient complétés.