Bouger avec Kiplin

Bouger avec Kiplin

Un des grands maux de nos sociétés est sans aucun doute la sédentarité et son cortège de troubles musculosquelettiques. La situation s’est accrue avec la pandémie et l’augmentation du télétravail, des conditions qui ne favorisent guère l’exercice physique. Dans ce contexte la société nantaise Kiplin joue la carte du « gaming » pour faire bouger les lignes.

Créée en 2014 par Vincent Tharreau, Kiplin a pour vocation de proposer des solutions autour de la qualité de vie au travail, du bien-être et de la prévention santé pour inciter à des modes de vie plus actifs grâce à l’activité physique par le jeu. L’entreprise qui est labellisée entreprise solidaire d’utilité sociale (ESUS) depuis 2020 s’adresse à deux types de cibles : les entreprises qui souhaitent prévenir les risques de santé de leurs salariés et les établissements de santé qui suivent des patients atteints de maladies chroniques ou d’affections longue durée comme les CHU de Nantes, Lille, Lyon ou les hôpitaux de Paris. Le propos de Kiplin est de favoriser la mobilité par le jeu connecté. Pour ce faire, la société s’est entourée d’une cinquantaine de collaborateurs avec des profils divers : développeurs, équipe Data, équipe produits, médecin référent, infirmière coordinatrice, recherche et développement en synergie avec des professionnels de santé. D’ailleurs, un comité scientifique est associé à la conception des jeux.


Le jeu comme moyen d’encourager l’activité physique

L’idée de base n’est pas de faire émerger des sportifs de haut niveau mais de privilégier l’activité physique adaptée. Les jeux mis au point de type jeu de l’oie ou course de bateaux ou encore enquête ont pour vocation de faire bouger les participants sur un mode ludique presque sans qu’ils s’en rendent compte. Ces défis se partagent en groupe et stimulent la motivation de chacun. Le programme fait l’objet d’une ordonnance d’activité physique adaptée et participe au dispositif national de santé publique sur une durée de 3 mois. Au bout du compte 95% des participants terminent l’aventure et opèrent un changement radical de leur mode de vie. En moyenne, les personnes engagées sur le programme doublent leur nombre de pas quotidien, partant par exemple de 3 000 pas pour atteindre 6 000 pas voire beaucoup plus. En tout cas, ils prennent conscience de la nécessité de marcher et de bouger. En général dans le cadre des actions de santé publique, les joueurs se situent dans une tranche d’âge de 40 à 60 ans, pour les entreprises les participants ont entre 20 et 60 ans.


Des initiatives complémentaires

De surcroît Kiplin met en place des séances d’activité physique en visio que l’on peut suivre en live ou en replay sur son téléphone ou son ordinateur. Enfin chaque mois, des webinaires sont prévus pour les participants autour du thème de la prévention santé. Cette année la société a imaginé une nouvelle offre en direction des collectivités locales ayant identifié un public de personnes sédentaires. Un programme adapté se met ainsi en place au profit des habitants si tant est que leur collectivité adhèrent à la solution de Kiplin. Pour l’entreprise qui intervient en France et en Outre-Mer, l’objectif est d’aider à détecter les pathologies des participants et de les orienter au mieux.
Les solutions de l’entreprise ne sont pas accessibles aux particuliers...pour l’instant.

28 bis Quai François Mitterrand, 44200 Nantes
Tél : 02 85 52 82 26
kiplin.com