blog indépendance royale

Paroles d’experts

Des experts vous répondent sur le bien vivre sa dépendance et comment s’adapter aux changements de vie.

Accueil du blog > Maintien à domicile > Aménagement du logement des seniors : quels sont les freins ?

Aménagement du logement des seniors : quels sont les freins ?

Posté le 27 octobre 2017 dans Maintien à domicile

Le rêve de la grande majorité des seniors est aujourd’hui de vieillir à domicile. Or, seules 6% des habitations actuelles sont adaptées à la perte d’autonomie. Pour que ce vœu se réalise, il faudra donc faire des aménagements. Mais, ce n’est pas toujours si simple. Voici quelques exemples de freins qui entravent l’aménagement du logement des seniors.

L’adaptation du logement, un enjeu de taille pour toute une génération

Avec l’augmentation de l’espérance de vie et la hausse du nombre des personnes âgées, il n’y a aucun doute, la société française vieillit. Les fameux papy-boomers atteignent maintenant l’âge de la retraite. Donc, c’est toute une génération qui est aujourd’hui concernée par la question de l’aménagement du domicile.

Une chambre située à l’étage, des placards de cuisine trop hauts, une baignoire glissante… il y a un tas de raisons qui expliquent qu’un logement soit inadapté à la perte d’autonomie. Lorsque rester debout pour faire sa toilette ou monter les marches de l’escalier devient un véritable calvaire, il est temps de prendre une décision. Plusieurs types de travaux peuvent être envisagés pour adapter le logement des seniors. Parmi les plus courants, on cite l’installation de barres d’appui et l’adaptation de la salle de bain et des toilettes. Si la première relève d’un aménagement léger, cette seconde nécessite des travaux plus lourds.

Quels sont les freins à l’adaptation du logement des seniors ?

On peut distinguer trois catégories de freins qui entravent l’aménagement du logement des seniors :

Les freins financiers. Tous travaux impliquent des coûts. Selon la nature des travaux à réaliser, le coût de l’adaptation du logement peut être plus ou moins élevé. Le coût moyen des travaux d’adaptation est estimé à 10 000€. Pour transformer une baignoire en douche à l’italienne, par exemple, il faut compter 5 000€ en moyenne. Or, beaucoup de retraités gagnent encore 1 250€ par mois aujourd’hui. Ceux qui se lancent dans les travaux sont donc obligés de compter sur le soutien financier de leurs proches ou encore solliciter les aides et subventions disponibles. La plus connue est le crédit d’impôt afférent aux dépenses d’équipement pour les personnes âgées ou handicapées. Celui-ci couvre 25% du montant des dépenses.
Les freins psychologiques. Beaucoup de seniors continuent à occuper la maison familiale où ils ont vu grandir leurs enfants et où de nombreux souvenirs sont ancrés. Adapter le domicile, c’est transformer ce lieu de mémoire en un espace qu’on ne connaît pas. Franchir ce cap est parfois très difficile. Un autre frein psychologique majeur est la perception de soi. Beaucoup de seniors ne se considèrent pas du tout comme des « vieux ». Ils ne voient pas l’importance d’anticiper l’aménagement de leur logement à un moment de leur vie où ils se sentent encore en bonne santé.
Les freins techniques. Certains logements ne peuvent pas être aménagés à cause de la disposition des lieux ou du manque de place. Dans ces cas-là, l’adaptation reste un rêve irréalisable. La solution peut être le déménagement. Par ailleurs, certains seniors pensent que faire des travaux d’adaptation nécessite des travaux complexes qui sont sources de nuisances et de bouleversements dans leur quotidien. Or, s’il y a une chose qui fait peur aux seniors, c’est le changement dans leurs habitudes.

Les comportements des seniors face à l’adaptation du domicile

Les seniors peuvent avoir des comportements différents face à l’aménagement du domicile. Il y a ceux qui sont prêts à se lancer, ceux qui attendent encore une raison pour le faire et ceux qui ne veulent rien changer dans leur vie. En général, la prise de décision se réalise lorsque la perte d’autonomie devient incontournable, suite à des déclics comme une chute ou le retour à la maison après une hospitalisation. Cela signifie que l’adaptation du domicile est encore un acte de réaction et non d’anticipation pour beaucoup de personnes âgées en France. Or, les coûts et l’ampleur des travaux sont plus importants quand on réalise les travaux d’adaptation trop tard.

Commentaires (0)

Partagez et échangez
de commentaires

Ajouter un commentaire

Donnez votre avis
Veuillez vérifier que tous les champs soient complétés.